Pourquoi et Comment CASSER votre charleston ?

Aujourd’hui on va voir comment casser notre charleston de sorte à obtenir un nouveau son dans nos rythmes.

Casser mon charleston ? Il est fou lui !

Non, mais pas casser comme ça… 😉

Voici ce que je veux dire par « casser son charleston » :

 

 

 

Le concept de « broken hi-hat » (« charleston cassé »)

Dans la plupart des rythmes rock, nous avons des frappes de charleston qui interviennent de manière régulière.

C’est le cas pour le « poum-tchak » :

poum-tchak

C’est également le cas pour ce rythme :

charleston-doubles-croches

Et si maintenant on repartait du dernier rythme mais qu’on s’amusait à enlever certains des charlestons, on pourrait obtenir un rythme comme celui-ci :

broken-hi-hat

Le motif de charleston est « cassé », c’est le concept de « broken hi-hat ».

Voilà le rendu audio :

(je vous laisse le déchiffrer si le coeur vous en dit, un très bon exercice au passage ;-))

Vous voyez l’idée ? à rythme égale de grosse caisse et caisse claire, le fait de frapper le charleston de manière « discontinue » permet d’obtenir un rendu totalement différent de ce qu’on a l’habitude d’entendre

Le rythme du jour

Pour aujourd’hui, je vous propose d’apprendre ce rythme :

broken-hi-hat

Le motif de charleston est bien plus simple que le rythme précédent, mais c’est pour le placement des grosses caisses que ça va se compliquer un peu 😉

Voici le rendu audio :

 

Et la vidéo pour l’apprendre :

Cliquez ici pour obtenir les partitions des exercices et du rythme final

 

Allez beaucoup plus loin …

Pour accéder à la vidéo 2, cliquez ici ou bien sur le bouton ci-dessous :

 

9 Commentaires

  • guismo33

    7 août 2014

    Super video, comme d’habitude !

    J’avais chopé au feeling ce rythme … mais sur la ride. Je sais pas trop si ça se dit « broken ride ».

    En fait j’ai naturellement mis du volume et du relief à mon groove sur le morceau « Tutti Frutti » de Little Richard.
    C’est de la noire toute simple, donc tu peux facilement rajouter des croches, des doubles, des accents et supprimer des notes par ci par là.

    A plus!

    Répondre Répondre
    • Laurent Pellecuer

      13 août 2014

      T’as raison, c’est facile de choper le truc sur ce genre de rythme (quoi que le morceau est un peu rapide !) à la noire.

      L’étape d’après c’est de réussir à garder ce feeling avec des rythmiques à la croche un peu plus compliquées.

      Répondre Répondre
  • Magalie

    8 août 2014

    Dans un registre beaucoup plus simple de « broken high-hat », il y a le morceau ultra connu : Hotel California des Eagles 😉

    C’est super sympa de pouvoir faire varier le motif de charley à volonté, ça change un morceau du tout au tout !

    Bon évidement pour arriver à bien placer la GC, il y a un peu plus de travail 😉
    Magalie Articles récents…Les 3 + 1 raisons de jouer des paradiddlesMy Profile

    Répondre Répondre
  • gilbert

    11 août 2014

    toujours aussi bien…..clair net et précis

    que vouloir de mieux……!

    Répondre Répondre
    • Laurent Pellecuer

      13 août 2014

      Toujours des commentaires qui font plaisir.
      Merci 🙂

      Répondre Répondre
  • florent

    21 août 2014

    hello,
    et merci pour la leçon.
    Une petite réflexion que j’espère intéressante pour les lecteurs : le concept du broken hi hat peut se décliner à l’infini, surtout sur des mid tempos (à vitesse élevée, ca devient très dur d’être précis)
    ca permet également de suivre un riff ou une ligne de basse en gardant une rythmique GC CC simple, en apportant énormément de groove…

    voili

    Répondre Répondre
    • Laurent Pellecuer

      22 août 2014

      Hello Florent
      Tout à fait d’accord avec ton commentaire !
      Parfois on a envie que le rythme reste très simple (pour faire bouger les foules) et dans ce cas-là on peut tout de même s’amuser avec le charleston pour rendre le tout plus intéressant.

      Répondre Répondre

Ecrire un commentaire

* Champs obligatoires

Vous avez un blog ? Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article