Ecrivez vous-même vos partitions de batterie

Note de Laurent : une nouvelle fois, nous accueillons avec grand plaisir François pour un nouvel article invité. Il nous livre toute son expérience pour écrire des partitions de batterie soi-même. Un grand merci à lui pour son partage !

 

Partition BatterieVous rêvez de faire le relevé de votre morceau préféré ? Et bien batterieenligne.fr vous propose des astuces et des conseils pour y arriver.

Tout d’abord un grand merci à Laurent de m’ouvrir une nouvelle fois son blog et me permettre de partager avec vous ce qui me passionne.

Cet article est un complément aux 7 étapes pour déchiffrer un morceau par vous-même.

Je vous propose de réaliser un pas à pas sur le morceau de Butterfly Effect – Before They Knew. C’est le premier morceau pour lequel j’ai écrit les partitions. L’objectif est que vous appréhendiez comment faire un relevé.

Voici la vidéo du morceau support à cet article :

Les outils

Comme pour réaliser une bonne recette de cuisine il faut vous munir de quelques outils essentiels pour parvenir à vos fins. Voici une liste rapide de ce que j’utilise :

–       un crayon (point mine HB… non j’déconne), une gomme aussi…

–       une feuille de papier

–       un métronome (le site http://www.all8.com/tools/bpm.htm conseillé par Batterieenligne.fr fera amplement l’affaire)

–       un logiciel pour mettre en page des jolis relevés : Musescore (on n’en parlera pas ici ce n’est pas l’objectif) mais il est gratuit et facile à prendre en main.

–       un logiciel audio avec une fonction de ralenti pour s’aider si nécessaire… Vous pouvez voir la vidéo sur ce sujet : https://batterieenligne.fr/ecouter-morceau-ralenti-audacity/

–       un pad d’entraînement et une paire de baguettes (à défaut vos mains et vos cuisses, vous avez toujours ça avec vous…)

Etape 1 : l’écoute

Et oui ça paraît tout bête mais l’écoute c’est ce qui va vous donner tous les repères. Ils sont cruciaux. Sur la plupart des morceaux ces repères ne changent pas et restent identiques de bout en bout, c’est le cas pour le morceau de Butterfly Effect. A l’écoute du morceau il faut arriver à déterminer :

–       le tempo ou la pulsation

–       la signature rythmique

Comment déterminer la pulsation

En écoutant la musique on a souvent une tendance à taper du pied, ça doit bien vous arriver non ? Et bien voilà, vous tapez la fameuse « pulsation ». Et c’est cette pulsation qu’on appelle le tempo. Pour le déterminer, aidez-vous d’un métronome.

Vous avez trouvé celui de « Before They Knews » ? Je vous propose 103. J’ai bon ?

A quoi correspond ce 103 ? Et bien tout simplement à 103 battements par minute.

Comment déterminer la signature rythmique

La signature rythmique la plus pratiquée en musique et notamment dans la variété ou la pop, est le 4/4. Vous pouvez en trouver beaucoup d’autres et parfois même des très tordues mais on ne pourra pas évoquer tout ça aujourd’hui. Je vous invite à lire l’article de Laurent sur le sujet : Les signatures rythmiques.

Pour déterminer cette signature rythmique, il faut trouver un repère, une répétition. Lorsque l’on compte, on doit pouvoir arrêter ce décompte et repartir de 1 très naturellement. Essayez sur le début du morceau d’étude, c’est simple.

Alors avez-vous trouvé que le morceau est en 4/4 ?

La structure du morceau

Une fois que vous avez trouvé les premiers repères il faut trouver la structure du morceau. C’est là que le crayon et le papier entrent en jeu…

Il faut essayer de trouver le nombre de mesures qui composent les éléments que l’on retrouve dans la plupart des morceaux à savoir :

–       introduction

–       couplet

–       refrain

–       pont

–       final

Il s’agit d’une structure classique, elle peut varier selon les morceaux.

Essayez de trouver la structure du morceau d’étude avant de lire la suite.

Voici la structure de « Before They Knew »

–       Introduction sur 8 mesures

–       Couplet sur 8 mesures

–       Pré-chorus sur 12 mesures

–       Couplet sur 8 mesures

–       Pré-chorus sur 8 mesures

–       Refrain sur 8 mesures

–       Pont musical sur 16 mesures

–       Pré-chorus sur 8 mesures

–       Refrain sur 8 mesures

–       Final sur 10 mesures

Soit un total de 94 mesures.

On peut faire une petite vérification avec le tempo que l’on a déterminé plus haut. En effet, si on a 103 battements par minute avec une signature rythmique en 4/4 pendant 94 mesures, on arrive à une durée du morceau de l’ordre de 4 min (94 x 4 / 103) ce qui correspond à peu près à la durée du morceau (3:55).

Le choix des noms des parties est totalement libre, il s’agit de repères dans la structure du morceau. A l’écoute, le pont musical peut se diviser en 2 parties de 8 mesures.

On remarque alors que bon nombre de parties sont sur un nombre de 8 mesures ? Et oui la musique c’est souvent beaucoup plus simple qu’on veut bien nous le faire croire.

Etape 2 : le relevé

Entrons maintenant dans le vif du sujet ! Je ne peux pas vous cacher qu’ici il faut avoir quelques bases de solfège et connaître a minima la décomposition des notes : rondes, blanches, noires, croches, double-croches…

Cela suffit à créer vos relevés de rythme et vous verrez qu’avec le temps, ça ira tout seul…

Les 4 premières mesures

Si vous avez écouté attentivement le morceau, vous avez entendu que les 4 premières mesures sont identiques.

Alors comment faire son relevé ? La méthode consiste dans un premier temps à isoler ce qui est joué sur la grosse caisse et la caisse claire. Dans un second temps on verra le jeu des cymbales.

Pour bien positionner les coups, il faut décomposer la mesure en 16 doubles croches (4 fois 4) en comptant simplement 1 2 3 4 2 2 3 4 3 2 3 4 4 2 3 4 (les chiffres en gras représentent le temps).

Et là on obtient rapidement le résultat suivant (si nécessaire vous pouvez ralentir le morceau) :

Temps

1

2

3

4

2

2

3

4

3

2

3

4

4

2

3

4

GC

X

X

X

X

CC

X

X

Et voilà vous avez commencé votre 1er relevé !

Sur une partition, l’écriture du tableau ci-dessus donnerait le relevé suivant :

partition 1

Bien entendu cette écriture n’est pas conforme à la notation musicale ! Vous imaginez un peu la difficulté à lire un tel relevé ? Alors oui en musique il y a des normes à respecter et voici comment le relevé doit être écrit :

partition 2

Vous pouvez ensuite faire le travail sur les cymbales. Si vous avez un peu d’oreille et surtout tenté de jouer le morceau, vous avez entendu qu’il y a 8 coups de charleston donc 8 croches tout simplement !

Voici le relevé incluant les coups de charleston :

partition 3

Et voilà vous avez fait votre première mesure de relevé ! Et je peux vous dire que c’est une sensation agréable d’en arriver là, surtout quand on n’a jamais, de près ou de loin, étudié le solfège !

On continue ?

Les 4 mesures suivantes sont identiques pour la grosse caisse et la caisse claire. Il y a une nuance et un changement au niveau des cymbales. En effet, le charleston est abandonné au profit de la « ride », qu’on appelle également cymbale de rythme.

Avec la même méthode et en tendant un peu l’oreille, vous pouvez décomposer le mouvement sur la ride de la façon suivante :

Temps

1

2

3

4

2

2

3

4

3

2

3

4

4

2

3

4

Ride

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

Voici donc le relevé des mesures 5 à 8 :

partition 4

Alors est-ce que tout ça est si sorcier ? Vous verrez qu’avec cette méthode, vous pourrez écrire les relevés de quasiment tous vos morceaux préférés !

Le couplet

Si vous avez bien suivi jusque-là, le couplet ne présente aucune difficulté pour vous désormais. Essayez d’en faire le relevé avant de lire la suite, c’est comme ça qu’on progresse.

Les 3 premières mesures sont identiques au schéma de l’introduction du morceau. C’est la 4ème mesure qui présente une nuance. En effet, sur les coups de grosse caisse il y a un tout petit changement.

Temps

1

2

3

4

2

2

3

4

3

2

3

4

4

2

3

4

GC

X

X

X

X

X

CC

X

X

Vous l’aviez entendu ?

Passons aux cymbales, là ça se corse… (HH F. = Charleston fermé – HH. O. = Charleston ouvert)

Temps

1

2

3

4

2

2

3

4

3

2

3

4

4

2

3

4

HH F.

X

X

X

X

X

X

HH.O.

X

Crash

 

X

X

Et voici à quoi ressemble le relevé :

partition 5

Les problèmes que vous allez rencontrer

Cette méthode est simple et permet de faire des relevés de rythmes basiques. Mais comment faire pour faire le relevé d’un roulement ou d’un break endiablé de votre batteur préféré ?
Et bien tout d’abord, il faut essayer d’appliquer cette méthode (découpage en double croche) mais elle a vite ses limites dès que le batteur utilise des schémas ternaires (triolet, sextolet) ou des triples croches…

Alors comment faire ? Là une nouvelle fois, faites appel à vos bases en musique et comptez, comptez…

Ce que j’applique lorsque ça ne passe pas avec un schéma en double croche

–       Tenter de savoir où commence le break, sur le temps, le contre temps.

–       Compter le nombre de coups du roulement

–       Définir à l’écoute si les coups sont continus ou s’il y a de l’espace entre les coups.

Avec ces 3 repères on peut avancer dans le relevé.

Si on prend la fin du refrain par exemple. On arrive sur un roulement rapide et pas facile à déchiffrer… On est à 2:03 avant le passage calme. Appliquons le schéma décrit plus haut :

–       En comptant on se rend compte que le roulement commence sur le 4ème temps !

–       On compte 6 coups pendant la durée de ce 4ème temps

–       Les coups sont continus sans espace

Alors 6 coups dans une noire en musique, ça fait quoi ? Et bien des sextolets.

Quelques conseils

Mon premier conseil c’est de ne pas vous lancer dans le relevé d’un morceau trop long et trop complexe. Pour bien appréhender la méthode, surtout si vous n’avez pas toutes les notions de solfège, prenez des extraits de morceaux pour commencer. Faites le travail sur quelques patterns modèle pour vous familiariser à tout ça.

La phase d’écoute est primordiale, il faut s’imprégner du morceau et des nuances. Je préconise également une pause dans cette écoute.  Revenez-y après avoir commencé votre travail de structure. Vous verrez que parfois des choses vous seront plus évidentes, que lors de toutes les écoutes précédentes.

N’oubliez pas de compter, c’est important de vous imprégner du débit. C’est un excellent exercice pour faire ses propres relevés, mais aussi dans votre jeu. Vous pourrez alors jouer de la double croche, du quintolet, du sextolet dans vos breaks tout en comptant le bon débit !

En cadeau et pour vous remercier de votre attention, voici le relevé complet du morceau. C’est du fait « maison » donc il est possible que quelques erreurs se soient glissées dedans.

Alors prêt à vous lancer dans l’aventure ? Vous avez votre propre technique pour faire des relevés ? N’hésitez pas à laisser vos questions et avis dans la zone commentaire.

A bientôt sur batterieenligne.fr

 

Note de Laurent :

En plus de cet article, François vous offre les partitions du morceau. C’est gratuit, c’est cadeau ! Merci à lui pour cet article et les partitions ! 🙂

N’hésitez pas à lui écrire vos questions en commentaire. Il se fera un plaisir d’y répondre !

18 réflexions au sujet de “Ecrivez vous-même vos partitions de batterie

  1. slt les drummers,

    Merci François et Laurent, un excellent travail (com d’hab) et c’est vrai qu’expliqué comme cela, c’est moins rébarbatif.

    finalement tu nous apprend François a aborder les relevés avec sérénité en expliquant bien les étapes.

    Saluta de Blues.

    Répondre
  2. Salut à vous !!

    Superbe travail d’approche, il faut effectivement avoir quelques notions de solfège, néanmoins le premier travail n’est autre que l’écoute, encore faut-il savoir comment “empoigner” le morceau………….

    très bonne approche et très bonne méthodo, trop de fois on cherche à retranscrire certains morceaux, sans savoir finalement qu’avant tout il y a un vrai travail de fond.

    de bien précieux conseils pour arriver à ses fins.. bravo encore à vous, et toutes mes félicitations pour la qualité de ce site !!

    Musicalement

    Fred

    Répondre
  3. il me manquait justement une méthode pas-à-pas pour faire mes relevés, et là on peut dire que c’est complet !
    Merci François.
    Et par curiosité, il te faut combien de temps pour faire un relevé d’un morceaux “normal” (pas un truc de Vinnie Paul de fou! )

    Répondre
  4. Bonjour et un grand merci pour vos commentaires ! Ça fait plaisir et j’espère que ce partage sera utile à chacun. C’est une “façon” de faire et je pense que chacun peut l’adapter à son propre travail.

    Pour répondre plus précisément à Magalie le temps est variable. Le premier relevé peut prendre longtemps mais avec l’expérience ça va de plus en plus vite ! Il faut de l’entraînement. Ce premier relevé a du me prendre longtemps par contre aujourd’hui avec les outils je dirais qu’un relevé d’un morceau abordable ça prend pas plus de 2h ! Et encore si il y’a des breaks un peu chaud… Aujourd’hui je ne travaille plus autant dans le détail et je préféré faire le relevé de pattern pour un album entier… J’ai fait ce travail pour le dernier M et pour un album de Porupine Tree et c’est très formateur !

    Merci à Laurent pour la tribune ouverte 🙂

    François.

    Répondre
  5. Bonjour à tous,

    Pourriez-vous éclairer ma lanterne ?
    J’ai trouvé une partition d’acdc (Back in black)qui au premier regard ne me semble pas très difficile à jouer.
    Pour m’accompagner, j’ai téléchargé le titre en drumless histoire que ce soit plus ludique pour moi !

    Seulement voilà, il y a deux symboles qui me chagrinent !
    Mon prof de batterie me les avait expliqués rapidement, mais dans la concentration des rudiments que je faisais à ce moment là, l’information est rentrée dans une oreille et est ressortie par l’autre aussi tôt 😉
    Les deux symboles sont :Dal Segno et Coda.
    Je me rappelle vaguement que c’est une histoire de retour en arrière dans la partition, mais je n’en suis pas si sûr ???

    D’avance merci pour vos précieux conseils !

    Laurent, désolé si ma question n’est pas vraiment en rapport avec ton article…je ne savais pas où la poser.

    A bientôt,
    Claude.

    Répondre
  6. Bonjour Claude,

    En effet, les signes coda et segno sont utilisés pour “naviguer” au sein de la partition et notamment revenir en arrière.

    Voilà deux liens qui l’expliquent très bien :
    http://louisstlaurent.cshc.qc.ca/actcult/musique/harmolsl/reprise.htm
    https://www.teoria.com/reference/c/coda.php?l=R (en anglais mais y a une animation qui permet de bien comprendre tout ça)

    Voila, bon courage pour bosser Back in Black maintenant 🙂

    Répondre
    • Bonjour Coudou,
      Ca aurait été sympa de vous présenter d’abord car là vous faites simplement de la pub pour DrumScore sans vraiment faire de lien avec l’article…

      Répondre
  7. bonjour a tous je joue de la batterie depuis deux mois et je cherche a creer mes propres partition sur musescore cependant je n’arrive pas a faire de contretemps quelqu un saurait comment faire ?
    merci d avance

    Répondre
  8. ce que je faire sur muse score c est
    1 charleston ferme grosse caisse
    2 charleston
    3 charleston caisse claire
    4 charleston
    1 charleston grosse caisse
    2 charleston grosse caisse
    3 charleston caisse claire
    4 charleston
    1 charleston grosse caisse
    2 charleston
    3 charleston caisse claire
    4 charleston
    1 charleston grosse caisse
    2 charleston
    et grosse caisse
    3 charleston caisse claire
    4 charleston

    et je n arrive pas a placer le et

    Répondre
    • Bonjour Maxence,
      Qu’entends-tu par 1, 2, 3 et 4 ? Ce sont les temps de la mesure ?
      Si oui, alors généralement on écrit plutôt les rythmes comme ceci :
      1 charleston grosse caisse
      et charleston tout seul
      2 charle caisse claire
      et charle tout seul
      Etc.

      Ensuite, si je comprends bien, c’est dans le dernier groupe de note que tu as le contretemps.
      Dans ce cas-là, tu peux écrire :
      3 : charle grosse caisse
      et : charle
      “e” (4ème division du temps entre le “et” et le 4) : grosse caisse
      4 : charle + caisse claire
      et : charle

      Comment mettre des notes sur les “et” ? => pour cela il faut que les notes précédentes soient des croches.
      Comme mettre le contretemps : il faut que le charle sur le “et” soit une double croche.
      Le contretemps sera également une double croche.

      En gros, il faut que tu saches utiliser les différentes figures de notes : noire, croches, doubles croches.

      Espérant t’avoir aidé,
      Laurent

      Répondre
  9. Salut tous le monde,
    J’ai laissé tomber Musescore depuis que j’ai découvert ceci,ce prog est absolument génial pour créer vos partitions, faire des variantes de vos fills en 2 clicks (kit son inclus dans le prog) et plein d’autres choses de manière très facile, cela a été développé juste pour les batteurs !
    http://aerodrums.com/aered/

    D’ailleurs Laurent un petit test de l’aerodrum au passage serait interessant !

    Répondre
    • Salut Phil,
      Merci pour l’info, je ne connaissais pas.
      Je télécharge la version d’essai pour voir ce que ça donne.

      Répondre
    • Voilà, j’ai pu le tester.

      Les +
      – Révolutionnaire dans la façon d’écrire les notes rapidement. On écrit sur une “grille” plutôt que penser en figure de note (noire, croches, doubles croches)
      – Une multitude de raccourcis claviers pour être ultra efficace

      Les –
      – Les raccourcis sont surprenants. Exemple : la barre espace ne joue pas le rythme, il faut appuyer sur “p”.
      – Très limité en terme présentation (impossible de formater le texte comme on veut).
      – Impossible de définir une signature rythmique type 12/8 ou bien 7/8 ? (je pas trouvé en tout cas)

      Mon ressenti :
      Idéal pour saisir rapidement des idées mais assez limité en présentation.
      Je resterai donc sur musescore pour éditer les partitions de Batterie en Ligne.
      En revanche je vais essayer de continuer avec aered en tant que bloc note pour exprimer facilement des idées.

      Merci encore pour la découverte Phil 🙂

      Répondre

Répondre à maxence Annuler la réponse