La méthode infaillible pour travailler ses rudiments tous les jours

Note de Laurent : Aujourd’hui, j’ai le plaisir de publier un article invité de Magalie du Blog Batteur Débutant. Elle nous dévoile une méthode incroyable qui nous permet de garder la motivation pour travailler ses rudiments tous les jours.

Merci à elle pour son partage!

Et moi je m’en vais faire une séance de frisés / roulés 😉

 

Chaque batteur le sait, et tout le monde le lui répète, la pratique des rudiments c’est quelque chose qui paie sur le long terme, qu’il vaut mieux faire 5 minutes de rudiments tous les jours que 2 heures de rudiments tous les mois.

Je le saisvous le savez, c’est comme de faire attention à ce qu’on mange, on sait que c’est mieux pour notre santé, mais c’est pas forcément pour cela qu’on ne craque pas sur cette superbe pizza accompagnée de son grand Coca et de la petite crème glacée qui va bien avec.

En plus, il faut bien se l’avouer, faire des rudiments, ça n’est clairement pas le truc le plus fun du monde. Alors comment faire pour faire ses rudiments tous les jours sans que ça ressemble à un chemin de croix ?

Il y a un secret :

Il faut prendre l’habitude de les faire !

Apprendre à prendre une habitude

J’ai l’air d’enfoncer une porte ouverte … Mais !

La théorie scientifique stipule qu’il faut 21 jours consécutifs d’une répétition d’une action pour qu’une habitude s’installe, le consensus général conseille plutôt de travailler sur une période de 30 jours (un mois), car nous sommes plus habitués à gérer des mois que des périodes de 21 jours (et qui peut le plus, peut le moins 😉 )

Donc plutôt que de continuer dans la théorie généraliste, je vous propose une méthode pas-à-pas à appliquer pour prendre l’habitude de faire ses rudiments (et trouver ça cool, deuxième effet kisskool garanti !)

C’est une méthode que j’ai décidé de mettre en place pour moi-même, et je vois déjà (et mon prof aussi) des progrès significatifs dans mon jeu (eh oui faire mes rudiments, maintenant ça m’éclate 😉 ; bon OK pas autant que de jouer, mais c’est quand même une source de plaisir … )

Avertissement : comme toute méthode, elle n’a rien d’une baguette magique qui pourrait vous transformer du jour au lendemain en dieu des rudiments, il va vous falloir travailler pour obtenir des résultats 😉 mais en suivant les étapes une à une, vous avez la certitude de réussir à prendre cette habitude. Une fois cette habitude installée (et entretenue), lorsqu’il vous arrivera une fois de temps de temps de ne pas pouvoir faire vos rudiments, cela vous paraitra vraiment bizarre, voire pas naturel, comme s’il manquait quelque chose à votre journée.

Préparation

Comme c’est une sorte de recette de cuisine, il va vous falloir du matériel

  1. Une liste d’exercices de rudiments (1ère page du Stick Control, Rolling in Rythm, ou les exercices des méthodes Agostini feront l’affaire, si vous êtes en manque d’idées vous pour allez voir par ici)
  2. Un minuteur (ou n’importe quel moyen de délimiter une période de temps)
  3. Un métronome (vous n’y échapperez pas 😉 )
  4. Un calepin ou cahier (ou un support électronique, si vous êtes geek comme moi)
  5. Un calendrier de 30 jours glissants (pareil, on peut aussi le faire de façon électronique, mais personnellement je préfère une version papier avec 30 bêtes cases à remplir à la main)
  6. Un pad d’entrainement, des baguettes (dans la mesure du possible je conseille le pad d’entrainement, on en trouve pour 20-30 €, sinon, la caisse claire de votre batterie fera l’affaire, mais il s’agira alors d’être encore plus discipliné, que de la caisse claire, on ne joue pas sur le toms, ni cymbales !)
  7. des post-its

But du jeu

Faire tous les jours ses rudiments pendant 30 jours consécutifs.

Règles du jeu

  1. Identifier des exercices que vous savez déjà faire de façon assez fluide et naturelle (le but n’étant pas de découvrir de nouveaux rudiments, mais d’améliorer sa régularité, sa tenue de baguettes, sa rapidité) En ce qui me concerne j’ai opté pour les 7 premières lignes de Rolling in Rythm
  2. Décider à l’avance de la durée de pratique, sachant que ça devra être un créneau, seulement et uniquement, dédié à la pratique des rudiments. Inutile de viser des objectifs irréalistes, par exemple 1h tous les jours me semble difficilement réalisable. Je préconise de travailler par petites périodes 5 ou 10 min, ce qui est par ailleurs plus facile à faire rentrer dans une journée aussi chargée soit-elle. J’ai choisi une durée de 5 min.
  3. Identifier un moment et l’endroit dans la journée (toujours le même) pendant lequel vous allez faire vos rudiments. Il est plus facile de coller cette activité à quelque chose que vous faites déjà tous les jours à peu près au même moment (en gros c’est plus facile de prendre une nouvelle habitude si on la colle à une habitude qu’on a déjà, on peut même essayer de se débarrasser d’une mauvaise habitude et de la remplacer par une bonne !). Dans mon cas, c’est après m’être lavé les dents, juste avant de dormir, mais vous pouvez très bien faire ça le matin après le café, ou juste après la douche …
  4. S’engager “publiquement” à faire l’exercice pendant 30 jours ininterrompus. Par exemple en l’annonçant autour de vous, à votre conjoint, votre prof, en commentaire de cet article ;-). C’est une étape importante pour se rappeler de le faire, en général de fait de le dire publiquement augmente significativement la motivation pour y arriver (et n’oubliez pas, ici on ne parle que de 30 jours, pas pour toute une vie !). On peut augmenter ses chances de réussite en “pariant” quelque chose. Par exemple “Cheri(e), si au bout de 30 jours à partir de [telle date] je n’ai pas fait de rudiments tous les jours, je te paie ton resto/gadget préféré”. Pour les hyper-motivés qui veulent mettre vraiment toutes les chances de réussir de leur côté, jetez un oeil à Stikk, un site pour s’engager publiquement à faire quelque chose, avec l’option possible de mettre en jeu de l’argent (imaginez votre motivation si vous décidez, en cas d’échec, de donner une somme d’argent au parti politique que vous détestez le plus !)
  5. Enregistrer ses séances, en gros noter si tel ou tel jour on a bien fait ses rudiments.
  6. Noter ses progrès dans le calepin. C’est très important pour évaluer si au bout de 30 jours on a intérêt à continuer ou pas. Et c’est là que la partie fun interviendra plus tard.
  7. Ne pas essayer de faire tout le temps tout parfait, le but étant d’acquérir une habitude, il y a des jours où vos rudiments passeront mieux que d’autres, c’est normal.

Corolaire : un jour de loupé, ça n’est pas grave, ca peut arriver, par contre deux jours consécutifs de manqués (pour n’importe quelle raison !) annulent l’exercice et il faut recommencer au jour 1 du calendrier (et s’honorer de son pari, si vous en avez fait un 😉 )

Remarque en passant : gare aux «excuses-bidon», du genre : «ce mardi soir là j’ai sport, la semaine prochaine je suis en vacances, vendredi matin je devrai emmener le petit chez le dentiste.» Pendant les 30 jours on fait ses rudiments et pis c’est tout, on s’organise en conséquence, et un pad et des baguettes ça se met dans une valise (je le fais systématiquement désormais), et 5 min de plus ou de moins avant de se coucher, ca ne fait pas une grande différence sur notre fraicheur le lendemain 😉

Déroulement d’une séance-type

  • au moment décidé à l’avance, munissez-vous de votre matériel et rendez-vous sur votre lieu de “pratique de rudiments”
  • regardez, le cas échéant, sur votre calepin le compte-rendu de votre séance de la veille
  • mettez le minuteur sur la durée de pratique définie
  • enclencher le métronome à la vitesse de travail désirée (tempo fluide, ou un petit cran au-dessus de votre tempo de confort)
  • dérouler vos exercices pendant toute la durée du minuteur
  • pendant les exercices, appliquez-vous dans la régularité (par rapport au tempo), à l’intensité des frappes (pas de différents entre les deux mains), à votre position et votre tenue de baguette (c’est le moment de perfectionner votre pince pour être plus à l’aise et détendu), au rendu des nuances (si vous les travaillez)
  • lorsque le minuteur sonne, arrêtez l’exercicefaite une croix dans la case du calendrier du jour correspondant.
  • dans votre calepin, écrivez brièvement un petit compte rendu de séance : vitesse du métronome, si vous pensez avoir bien fait l’exercice ou non, quels seraient les aspects à améliorer la prochaine fois.
  • et le lendemain re-faites pareil 😉

Et alors ? Ca marche ?

La réponse et OUI, mais vous allez être un peu déçus, rarement du premier coup (ou alors vous êtes super motivé et je serai ravie que vous me fassiez mentir !), mais ça n’est pas grave de ne pas réussir du premier coup (attention ! si vous avez fait un pari, vous êtes prié de l’honorer :-p).

L’essentiel c’est de persévérer jusqu’à avoir réussi à le faire pendant 30 jours consécutifs, et là, l’habitude sera acquise.

D’ici là vous aurez déjà pratiqué beaucoup plus vos rudiments, et d’une manière beaucoup plus régulière, que toutes les séances de marathon-torture que vous pourriez vous infliger, et vous allez déjà commencer à voir des progrès dans votre jeu (des breaks qui passent mieux, un tempo plus solide, …)

Et le Fun dans l’histoire ?

Pour cela, avant de tenter l’aventure vous-même, vous devez me croire sur parole, le Fun vient avec la pratique.

Au fil des séances on se lance des minis-défis, comme par exemple : augmenter progressivement le tempo,  tenter de regarder la télé en même temps (idéale pour l’indépendance !)

Bref on a envie de “jouer” avec ses nouvelles capacités, et surtout, un truc amusant, c’est le fait d’aligner le plus possible de croix consécutives sur le calendrier pour créer une longue chaîne, de ne pas “briser la chaîne”.

Avec déjà 7-8 séances consécutives, il se crée quelque chose, une envie ou un besoin encore fragile de faire ses rudiments, et plus on persévère, plus on découvre de bienfaits, notamment le côté relaxant de cet exercice répétitif.

Et lorsque vous aurez atteint les 30 jours, et que l’habitude sera acquise, alors à ce moment là vous pourrez regarder grâce à votre calepin tout le chemin parcouru, et décider en toute connaissance de cause, si vous avez envie de continuer de la même façon ou pas en fonction des bénéfices et des progrès que vous en avez tirés.

D’où ça vient tout ça ?

En fait cette approche est un gros mix de plusieurs idées/concepts liés à l’atteinte de ses objectifs que j’ai mélangé pour m’en faire une sorte de méthode à suivre pas-à-pas pour progresser dans ma pratique de la batterie.

Mes sources d’inspiration principales étant :

Voili voilà, maintenant c’est à vous de jouer, rendez-vous pris pour dans 30 jours pour connaitre vos progrès !

Pour ceux qui se demandent l’utilité des post-its, mettez en partout aux endroits stratégiques (miroir, frigo, porte d’entrée) qui pourraient vous aider à vous rappeler de faire vos rudiments, et changer les de place de temps en temps, le cerveau s’habitude très vite à ne plus voir des choses qu’il a sous les yeux tous les jours !

Allez maintenant au boulot !

Voilà les rudiments les plus importants auxquels vous pouvez vous attaquer :